Exposition “Sur les traces de l’Allier”

Le CEN Allier et la ville de Vichy ont le plaisir de vous convier à plusieurs événements autour de la rivière Allier, en lien avec le livre « Sur les traces de l’Allier, histoire d’une rivière sauvage » :

 

  • Du 8 au 30 septembre 2017 : Exposition « Sur les traces de l’Allier» à la Médiathèque de Vichy

Venez découvrir la rivière Allier, une des dernières grandes rivières sauvages d’Europe, son patrimoine naturel et son histoire, en explorant l’extraordinaire mobilité de son cours, sa biodiversité exceptionnelle, son ancienne batellerie, l’histoire de ses crues, de ses usages…à travers panneaux explicatifs, cartes anciennes, photographies de la faune et de la flore, vestiges archéologiques, extraits de l’émission Des racines et des ailes…

  • Le vendredi 8 septembre 2017 : Vernissage de l’exposition « Sur les traces de l’Allier » à la Médiathèque de Vichy

La ville de Vichy et le CEN Allier ont le plaisir de vous convier à ce rendez-vous, pour découvrir l’exposition en présence de ses auteurs et échanger.

  • Le samedi 16 septembre 2017 à 11h et 15h : Visites commentées de l’exposition, à l’occasion des journées du patrimoine, à la Médiathèque de Vichy

Retrouvez Estelle Cournez, auteur du livre « Sur les traces de l’Allier, histoire d’une rivière sauvage », pour une visite guidée de l’exposition.

Gratuit, sur inscription au 04 70 58 42 50 – durée environ 1 heure.

  • Le samedi 23 septembre 2017 à 15h30 : Conférence « Sur les traces de l’Allier – Zoom sur le secteur de Vichy », organisée par la SHAVE (Société d’Histoire et d’Archéologie de Vichy et ses Environs), au Centre culturel Valéry Larbaud de Vichy

Présentée par Estelle COURNEZ, directrice du CEN Allier et auteur du livre.

Entrée non adhérent de la SHAVE : 5 €, gratuit pour les étudiants et adhérents SHAVE

  • Le vendredi 29 septembre 2017 à 18h : Spectacle « Va au lit » à la Médiathèque de Vichy

Madame Ô (que les hommes appellent l’Allier) apprend qu’elle a une sœur, la Loire, et va mettre tout en œuvre pour la retrouver. Au cours de sa recherche, elle rencontre des animaux qui peuplent son cours et ses abords.

Conte tous publics à partir de 5 ans. Ecrit, mis en scène et interprété par Claire Petit, scénographie de Sylvain Desplagnes (Cie Entre Eux Deux Rives), conseillère scientifique Estelle Cournez (CEN Allier).

Gratuit, sur inscription au 04 70 58 42 63 – durée environ 1 heure.

Chauves-souris, le record !

Quel monde étrange mais passionnant que celui des chauves-souris. Très souvent victimes de leur réputation, peu de gens savent vraiment ce qu’il retourne de leur vraie nature. Aussi inoffensives qu’utiles, elles sont un maillon important de l’équilibre écologique.

Le Conservatoire en partenariat avec l’association Chauve-Souris Auvergne mène des suivis des colonies de reproduction, notamment pour le Grand murin, espèce qui trouve son bonheur dans les combles des bâtisses, et notamment de plusieurs écoles du département. Cette année, les premiers retours de suivis indiquent une hausse notable des effectifs puisque le record a été dépassé avec un peu plus de 900 individus (dispersés sur plusieurs colonies). Ce chiffre est la récompense d’un travail assidu pour protéger les lieux de reproduction : sensibilisation auprès des usagers, nettoyage du guano (excréments de chauve-souris) en hiver et valorisation de cet engrais naturel auprès des parents d’élèves, aménagements pour permettre la bonne cohabitation de l’espèce et de l’homme.

La biologie des chauves-souris est complexe. Malgré leur allure de rongeurs volants, elles sont loin de posséder le potentiel reproducteur des campagnols ou des souris. En effet, les femelles ont un unique jeune par an, ce qui explique qu’elles soient au centre d’autant d’attention. La moindre perturbation de la colonie peut entrainer une perte lourde sur la population. Sans compter que, au-delà des sites de reproduction, les chauves-souris doivent faire face à bien d’autres menaces : trafic routier, utilisation de pesticides et insecticides, chats domestiques, régression des prairies et des haies bocagères (constituant leurs territoires de chasse)… Tout comme de nombreuses autres espèces, la protection des chauves-souris passe donc par la préservation globale de notre patrimoine, en lien avec nos activités.

Photo : Colonie de Grand murin © CEN Allier

Comptons les mares de l’Allier

Écosystèmes riches et accessibles, les mares sont un parfait support pour initier petits et grands à la préservation du patrimoine naturel. Mais au-delà de l’approche pédagogique, une mare est un véritable pouls de biodiversité qu’il est important de préserver. Grenouilles, tritons, libellules, oiseaux… un grand nombre d’espèces ont besoin de ces points d’eau pour mener à bien leur cycle biologique.
Malheureusement, depuis les années 50, on estime que 30 à 50% des mares ont disparu sur le territoire nationale (détruites, comblées, transformées). Et cette chute d’effectif n’est pas sans conséquence sur la faune et la flore qui trouvent en ces milieux des conditions uniques pour leur développement.

La préservation des mares passe par la connaissance de leur localisation et de leurs caractéristiques propres. C’est pourquoi le Conservatoire va lancer un grand projet en 2018 auprès des écoles du département afin de mettre en place un recensement des mares sur les communes. Epaulés par des professionnels de l’environnement, les classes volontaires partiront à la recherche des mares sur leur commune. Elles les localiseront via un outil en ligne, en complétant une fiche descriptive afin d’apporter un maximum d’informations sur leurs trouvailles. Il pourra ensuite, à la volonté de l’enseignant, être mené un travail de découverte plus poussé sur une des mares, par le biais d’outils ou d’animations proposés par le CEN Allier. Ce projet pourra être mené par tous les cycles, en toutes saisons.

En écho à ce projet, le Conservatoire vient de lancer la création d’une mare à proximité de ses locaux. Celle-ci, une fois terminée, servira de support pédagogique pour de futures animations.

Pour plus de renseignements, contactez directement le Conservatoire au 04.70.42.89.34. conservatoire.allier@espaces-naturels.fr

Photo : Mare La Chapelaude © CEN Allier // Creusement d’une mare par de jeunes bénévoles © CEN Allier

Damasonie, notre bonne étoile

Nous l’avons espérée en 2016, c’est finalement en 2017 qu’elle a décidé de se montrer. La Damasonie étoilée ou Etoile d’eau (Damasonium alisma) est une plante de milieu humide de la famille des Alismataceae. Comme son nom l’indique, elle se caractérise par ses fruits en forme d’étoile à 6 branches. D’écologie assez complexe, c’est une espèce dite « à éclipse », c’est-à-dire qu’elle peut disparaitre plusieurs années en attendant des conditions plus favorables pour réapparaitre. Son milieu de prédilection est le bord exondé (asséché en été) d’une mare ou d’une boire (bras mort déconnecté du lit principal) sur un sol composé de sable-gravier, galets et d’un peu de vase.

Historiquement présente sur une dizaine de communes à travers l’Allier, la transformation de son habitat a entrainé sa raréfaction, ne la cantonnant plus qu’à 3 stations dans les années 2000, en Sologne Bourbonnaise. La dernière observation de l’espèce remontait à 2014 où 4 pieds avaient été trouvés sur deux mares. Des prospections menées chaque année depuis lors sur les stations connues n’ont pas permis de revoir les étoiles si typiques de cette plante… jusqu’en 2017 ! 2 pieds ont été observés début août sur une des mares de 2014, chacun portant des fruits vigoureux nous donnant l’espoir d’une reproduction et d’un maintien de l’espèce à condition que l’on préserve l’habitat.

L’Etoile d’eau est le sujet d’un Plan Biogéographique d’Actions et de Conservation (PBAC) pour la flore menacée du Massif central porté par le Conservatoire Botanique National du Massif central (CBNMC). Avec cette seule station connue dans la région, l’Etoile d’eau est une des plantes auvergnates les plus rares.
Espérons que les graines produites par ces deux individus permettront une installation durable de l’espèce et que le plaisir nous sera rendu de la voir de nouveau l’an prochain en plus grand nombre !

Photo : Etoile d’eau en 2017 © CEN Allier

Assemblée générale 2017

C’est sous un soleil resplendissant que s’est déroulée l’assemblée générale 2017 du CEN Allier à Saint-Martin-des-Lais.

Après un petit mot d’accueil du président Bernard DEVOUCOUX, la quarantaine de participants a pris les pas des guides pour partir à la découverte de la Réserve naturelle régionale du Val de Loire bourbonnais. Après l’observation d’une pelouse sèche et la traversée d’un sentier aux allures forestières, le groupe est arrivé au cœur de la réserve : la gravière. Ancienne exploitation pour l’extrait de graviers, elle est aujourd’hui un élément majeur du paysage, apportant à la biodiversité un lieu “ressource” encerclé d’un côté par la Loire, de l’autre par l’un de ses bras morts ombragé par les saules. C’est en ce lieu qu’ont pu être observés la Sterne naine, le Guêpier d’Europe, la Pie-grièche écorcheur ou encore le Milan noir. Tout ceci en compagnie d’un troupeau de vaches Salers, mises sur le site pour le maintien des zones ouvertes par pâturage, bien curieuses de voir autant de monde sur leur domaine.

De retour de cette balade, et après un repas bien mérité, les participants ont pris la route vers la salle polyvalente de Saint-Martin-des-Lais pour assister à la présentation du rapport d’activité de l’association. Le président a présenté le rapport moral pour 2016, suivi par l’équipe salariée qui a décrit quelques actions phares menées l’année passée, complétées par les interventions de LOGRAMI (Association pour la protection des populations de poissons migrateurs) et de l’EPOB (Etude et protection des oiseaux de Bourgogne). Enfin, la trésorière a fait le point sur les finances.

L’assemblée générale s’est terminée avec un pot de l’amitié afin que chacun puisse échanger sur la journée et pour fêter au passage les 25 ans du CEN Allier !

Le CEN Allier remercie chaleureusement toutes les personnes qui ont participé à cette assemblée, en particulier la commune de Saint-Martin-des-Lais pour avoir accueilli ce cru 2017. Merci également à la participation des membres de LOGRAMI et de l’EPOB.

Vous pouvez retrouver les présentations sous forme de PDF ici : Rapport_AG2017_CENAllier